La culture pour un monde uni

Fichier 15-11-2015 16 03 32Bonjour,

Comme nous tous, je suis choquée et très triste de la barbarie qui a touché notre pays ce vendredi 13 novembre 2015.  Je suis surtout très en colère et je ne veux pas que mes enfants vivent dans un monde où la musique, la culture et la liberté seraient un souvenir.

Je ne veux pas que notre vieux pays subisse une telle régression.

En tant que comédienne, mannequin, chanteuse et femme, je ne supporte pas que l’on attaque notre culture et encore pire que l’on tue des innocents au nom de quelque chose d’irréel.  Un prétexte pour commettre des actes barbares, pour asseoir un pouvoir et envahir des territoires. Car, oui au final Dieu n’a pas grand chose à faire dans tout ça.

J’ai sous les yeux un rapport datant de juillet dernier du député Malek Boutih, (que je salue ici) missionné par le gouvernement sur la « génération radicale« .

Voici un extrait de ce rapport très intéressant de 68 pages :

« ….La violence terroriste frappe le plus souvent des lieux fréquentés par des civils, des gares ou des bâtiments publics. En janvier, la cible des terroristes était bien spécifique. En s’en prenant aux journalistes et caricaturistes de Charlie Hebdo, ils ont attaqué la liberté d’expression mais aussi la culture en général. Par leur geste ils ont désigné en quelque sorte la tradition culturelle française comme leur ennemi. Dans les territoires qu’ils occupent, ils s’emploient d’ailleurs à effacer toute culture, détruisent les monuments, les livres, interdisent la musique, les images… Prenant le prétexte du respect littéral de vieux préceptes religieux revisités, cette annihilation de la culture vise surtout à éteindre toutes les facultés critiques, toutes les formes d’émancipation ne serait-ce qu’intellectuelle, des populations qu’ils maintiennent sous leur joug.

Pour les combattre la culture française, sa richesse et sa diversité, est donc une arme précieuse. Car elle est un levier puissant pour dépasser les préjugés, combattre la fatalité du déterminisme et faire évoluer les consciences. Si l’on ne peut remédier à la ségrégation territoriale en un tour de mains, s’il n’est pas possible de transformer du jour au lendemain les conditions de vie de certaines populations, il est en revanche plus facile de développer les pratiques culturelles. Or l’accès à la culture, en donnant à voir des univers qu’on ne côtoie pas, en valorisant l’individu à travers un talent particulier, en fournissant des clés de lecture sur le monde qui nous entoure, en multipliant les moyens d’expression, est un facteur d’émancipation très efficace.

Quand une jeune fille qui porte le voile se découvre pour son cours de danse, quand un enfant qui n’a jamais assisté à un spectacle découvre l’opéra, quand un élève en échec scolaire reprend confiance en lui en se découvrant un talent en dessin, quand l’atelier photo ou le cours de théâtre est la seule activité mixte pour certains enfants, quand un jeune apprend à connaître les codes d’une autre culture et cesse d’en avoir peur… des portes s’ouvrent et l’horizon s’élargit. La diversité des pratiques culturelles est telle que chacun y trouvera un centre d’intérêt. Et ces pratiques confèrent un rôle, soit en tant qu’acteur d’une activité culturelle soit en tant que spectateur amené à interpréter, à commenter, qui est accessible à tous, sans qualification requise ni critère de sélection.

Pour toutes ces raisons la culture devrait être une priorité, alors qu’elle est aujourd’hui trop souvent considérée comme accessoire, comme une variable d’ajustement. La vie culturelle repose bien souvent sur des amateurs et des bénévoles. Et sans institutionnaliser ces activités artistiques qui y perdraient sûrement en créativité, on pourrait néanmoins les soutenir davantage, en particulier en mettant à leur disposition les infrastructures adaptées (salles de spectacles, instruments de musique, salles d’enregistrement, de montage et de projection, etc.).

On ne peut pas en effet se reposer sur l’offre commerciale de biens culturels ou sur internet et considérer que l’accès à la culture est assuré. Le rôle des acteurs culturels et des infrastructures de proximité est essentiel. En ce sens nous avons besoin d’une dynamique comparable à celle du Plan Malraux qui a permis d’implanter des MJC  (maison de la jeunesse et de la culture) sur tout le territoire. Ces réseaux locaux continuent tant bien que mal d’animer la vie culturelle, y compris dans les quartiers relégués, mais ils sont à bout de souffle. Une forte impulsion et des moyens supplémentaires sont indispensables pour redéployer ces réseaux et inciter les acteurs territoriaux à développer de nouveaux projets. En effet la France dispose de ressources extraordinaires dans ce domaine, sans quoi il ne serait pas question d’exception culturelle française, mais malheureusement l’expression fait davantage référence aux quelques artistes qui s’exportent plutôt qu’à la richesse des initiatives locales… »

Ne baissons pas les bras, battons-nous pour notre culture et partageons là le plus possible.

Mes pensées aux victimes et à leurs familles, bon courage à tous.

Love

Emma

Hello,

Like all of us, I am shocked and very sad about the barbarism that hit our country this Friday, November 13, 2015. I am especially very angry and I do not want my children to live in a world where music, culture and freedom would be a memory.

I do not want our old country suffer such a regression.

As an actress, model, singer and women, I can not stand that some people can attack our culture and even worse, killing innocents soul in the name of something unreal . A pretext to commit barbaric acts to consolidate power and invade territories. Because, yes in the end God has not much to do in this.

 I have before me a report from last July of the deputy Malek Boutih, ( that I salute here) commissioned by the Government on the « radical generation. »

Here is an extract of a very interesting 68-page report :

The Terrorist violence strikes most often places frequented by civilians, train stations or public buildings . In January, the target of terrorists were very specific . By attacking journalists and cartoonists from Charlie Hebdo, they attacked freedom of expression but also the culture in general. By their actions they have designated in some way the French cultural tradition as their enemy . In the territories they occupy, they also are working to erase any culture, destroy monuments, books, prohibit music, pictures … Taking the pretext of the literal observance of religious precepts revisited old, this annihilation culture is especially extinguish all critical faculties, all forms of emancipation if only intellectual, they keep populations under their yoke .

 Fight for French culture, its richness and diversity, is therefore a valuable weapon . Because it is a powerful lever to overcome prejudic, combat fatality of determinism and evolve the consciousness . If we can not address the territorial segregation in a turn of hand, if it is not possible to transform overnight the living conditions of some populations, it is however easier to develop cultural practices. Now the access to culture, giving to see the universe that no rubs, valuing the individual through a special talent, providing key reading on the world around us, multiplying means expression, is a very effective factor of emancipation.

When a young girl wearing the veil is discovered for his dance classes, when a child who has never attended a show discovers the opera, when a student in school failure regains confidence in himself by discovering a talent for drawing, when the photography workshop or theater course is the only mixed activity for some children, when a young person learns the codes from another culture and ceases to be afraid … doors opens and horizon widens. The diversity of cultural practices is such that everyone will find a point of interest . And practices confer a role, either as an actor or a cultural activity as a spectator brought to interpret, to comment that is accessible to all without required qualification or selection criteria.

For all these reasons culture should be a priority, so it is today often regarded as incidental as an adjustment variable. Cultural life often relies on amateurs and volunteers. And without institutionalize these artistic activities that will surely lose in creativity, we could nonetheless support more, especially by providing the appropriate infrastructure ( theaters, musical instruments, recording studios, editing and projection, etc.).

We can not in fact rely on the commercial offer of cultural property or the internet and consider that access to culture is assured. The role of cultural actors and local infrastructures is essential. In this sense we need a dynamic comparable to that of Malraux Plan which helped implement MJC ( house of youth and culture ) throughout the territory. These local networks continue somehow animate cultural life, including in neighborhoods relegated, but they are out of breath. A strong impetus and additional resources are needed to redeploy these networks and encourage local players to develop new projects. Indeed France has extraordinary resources in this area, otherwise there would be no question of French cultural exception, but unfortunately the term refers more to the few artists who, rather than exporting the wealth of local initiatives. .. « 

Do not give up, let us fight for our culture and share it as possible. My thoughts are with the victims and their families, good luck to all.

Love

Emma